Réponse:

  1. ^^Marie^^

    Bonjour

    Tu as une pathologie thyroïdienne ?



  2. bjr

    Pour être tout à fait précis , ce n' est pas le princeps qui est sous surveillance mais ce sont les génériques .

    Comme avec tous les médicaments à marge thérapeutique étroite , il est conseillé de conserver le princeps plutot que d' aller vers le générique ce qui va à l' encontre d ' intérêts économiques.

    En résumé le lévo a fait ses preuves ( irremplaçable ) et l' ANSM veut s' assurer que la biodisponiblité de ses génériques est presque équivalente.

  3. DCI

    "...il est conseillé de conserver le princeps plutot que d' aller vers le générique " Absolument d'accord.

    ...sous réserve que le praticien ait de sa plus belle plume ajouté de façon manuscrite la mention "non substituable" face à chacun des médicaments prescrits et pour lesquels il ne souhaite pas la délivrance d'un générique.

    A l'ère de l'informatisation et de la dématérialisation des documents médicaux, cherchez le gag...

  4. Un grand merci pour toutes vos réponses.Je suis rassurée.

  5. DCI

    Bonjour,

    Le fait d'être sous surveillance ne signifie pas qu'il faille se méfier d'un médicament.
    Tous les médicaments sont plus ou moins sous surveillance afin de rechercher et déceler certains effets secondaires ou indésirables susceptibles de modifier les modalités de prescription ou les indications des uns ou des autres.

    Le Lévothyrox ou équivalent (L Thyroxine) reste un médicament irremplaçable dont on connait les avantages et les inconvénients, qui ne doit pas être prescrit à la légère comme cela a été le cas dans le passé (pilules "amaigrissantes") et qui reste "sous surveillance" comme la majorité de autres molécules.

Répondre au sujet