Réponse:

  1. Une « éjaculation » féminine ?

    Une femme dite « fontaine » expulse un liquide lors d’un rapport sexuel, notamment après stimulation du point G, bien souvent au moment de l’orgasme. Il jaillit par l’urètre en quantité abondante – jusqu’à quinze centilitres. Son origine est encore un peu floue. Il serait en partie produit par les reins, qui activent leur filtration avant l’expulsion. Il s’agirait donc d’un dérivé de l’urine. Communément utilisé, le terme d’« éjaculation » est impropre. D’abord parce que le liquide expulsé par la femme n’est pas fertile. Ensuite parce que les glandes prostatiques n’y jouent pas le même rôle. Chez les femmes, elles participent bien à la contraction orgasmique, mais leur part dans l’expulsion reste à déterminer.

    Avec Sylvain Mimoun, gynécologue, auteur avec une cinquantaine de spécialistes du Petit Larousse de la sexualité (Larousse, 2007).

    1. auteur

      Merci d'avance je voudrais jouir comme une femme fontaine

    2. auteur

      Merci

  2. Bonjour, tu as raison cependant etant moi meme femme fontaine je me suis rendue compte que lors de la jouissance extreme il se peut qu il y ait tres peu d urine. A bientot

    1. auteur

      Bonsoir Canimo,

      Tu liras en fait que c'est la lubrification vaginale qui est a l'origine du terme "Fontaine"
      La dites "Ejaculation féminine" est l'expulsion d'un tout autre liquide ressemblant a s'y m'éprendre à l'urine dans sa description, combien même certaines par gêne sans défendent...


      Bonne soirée

  3. Ceci est le cache Google de www.pathol08.com/louporta... Il s'agit d'un instantané de la page telle qu'elle était affichée le 13 mars 2010 05:00:24 GMT. La page actuelle peut avoir changé depuis cette date. En savoir plus
    >
    > Version en texte seul
    > Les termes de recherche suivants sont mis en surbrillance : glandes skene
    >
    > 6 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne
    >
    >
    >
    >
    >
    >
    >
    > Encylo-sexo-articles:
    >
    > Ejaculation féminine, et femmes fontaines, réalité médicale
    >
    > Saturday 04 December 2004 @ 13:03:04, Rédaction et modération : pathol08
    >
    >
    >
    >
    >
    > Définition
    >
    > Ce terme d'éjaculation féminine pose de nombreux problèmes de définitions. La majorité de textes présents dans le magazines ou mêmes certains livres n'ont aucun fondement scientifiques ou même anatomique, il s'agit des publications commerciales dans les meilleurs des cas et dans la majeure partie des cas des publications pornographiques. Ce constant s'applique en large partie sur les nombreux sites Internet consacrés à ce sujet
    >
    > Nous allons distinguer deux termes :
    > Les femmes fontaines : ce terme désignent les femmes qui manifestent durant l'excitation sexuelle une émission d'une quantité abondante d'un liquide d'une viscosité variable selon les jours du cycle et selon l'influence hormonale.
    >
    > L'émission de ce liquide apparaît durant l'acte sexuel et permet une lubrification adéquate du vagin. Ce liquide est blanchâtre nacré et sans odeur, il sort du vagin sous forme de gouttelette en forme de perles. L'origine de ce liquide est multiple : lubrification vaginale ( trans-sudation) , sécrétion de la glande de Bartholin et sécrétion des cellules endo-cervicales.
    >
    >
    >
    >
    > L'éjaculation féminine est l'émission par l'urètre féminin ( conduit urinaire ) d'une quantité de liquide pendant l'orgasme féminin.
    >
    > Ce liquide a été confondu longtemps avec l'urine. Des études récentes confirment que ce fluide est sécrété par les glandes para urétrales ou les glandes de Skene.
    >
    > Ces glandes ressemblent de point de histologiques et fonctionnelles à la prostate chez les hommes.
    >
    > Les études actuelles confirment ces données.
    >
    >
    >
    >
    >
    >
    > Depuis le 17ème siècle, De Graaf, médecin hollandais a décrit le fonctionnement de cette prostate en l'appelant corpus glandulosum consiste « à libérer un liquide glairo-séreux qui augmente la libido de la femme, la rend plus désirable par son odeur acre et salée, et lubrifie ses parties génitales pendant le coït » . Le rôle du gynécologue américain Alexandre J.C. Skene (1838-1900) dans ce domaine reste important car il a décrit ces glandes. Ces glandes peuvent être antérieures dans 66% des femmes, et postérieures dans 10% des cas. Selon les études ces glandes sont présentes dans 70-90% des femmes. Le poids moyen de la prostate d'une femme adulte est 5,2 g (Zaviacic et al. 2000) , représente ainsi 1/5 à 1/4 du poids moyen de la prostate normale (23,7 g) d'un homme adulte.
    >
    > De même, l'expulsion de fluide de ce système glandulaire pendant les contractions orgasmiques a été appelée " l'éjaculation féminine" particulièrement depuis la découverte que le fluide est semblable au liquide prostatique masculin (sans les spermatozoïdes bien sûr).
    >
    > Point de vue sexologique :
    >
    > L'éjaculation féminine se fait à travers l'urètre, le conduit utilisé pour uriner, localisé à l'extérieur du vagin, entre le clitoris et les petite lèvres. Le liquide émis est à libérer glairo-séreux, <souligne>son odeur est forte, acre , et son goût est salé.Ce liquide ne sert pas à la lubrification car il est émis hors du vagin, pendant l'orgasme féminin, et il arrive après une durée variable.
    > certaines femmes décrivent un besoin intense d`uriner mais qui disparaît aussitôt après l'émission.
    >
    >
    >
    > En observant les illustrations anatomiques, on peut identifier le méat, cette orifice qui émet l'urine pendant la miction. La seule façon de stimuler ces glandes est de stimuler cet orifice. Cependant, chez certaines femmes les glandes de skene sont plus profondes, et chez 10 % des femmes ces glandes n'existent pas. Il est aussi discutable si la stimulation mécanique produit l'éjaculation, ou si l'éjaculation est conditionnée par l'orgasme.
    >
    > Les positions permettant de stimuler cet orifice sont la position de missionnaire, et ses variantes : femme allongée, homme agenouillé.
    > Il est conseillé de ne pas trop insister a provoque cette éjaculation chez les jeunes femmes qui débutent leur vie sexuelle, le mouvement répété su pénis sur le méat peut provoquer une cystite appelée cystite de lune de miel.

  4. Marilyn.Manson

    C'est un liquide inodore, comme de l'eau il n'y a pas d'urine.

  5. Il est facile d'acceder à cette "éjaculation" qui selon moi n'en ai pas une au sens véritable du terme !

    Avant l'orgasme, nos muscle se raidissent. Puis, au moment du plaisir intense ils se relachent, ce qui expliquent ce laisser aller et la gêne legitime ressenti ! De plus, certaines femmes avouent pousser à ce moment là comme lorsqu'elles urinent ! Ce peux être un jeu d'exitation, tout dépend du partenaire ! Il faut donc bien prendre en compte qu'il sagit d'urine qui à l'expulsion se mélange à la çyprine !

    Mon plaisir sexuel n'en est pas plus intense lorsque j'accepte ce relachement ! Selon le partenaire, et à la vue de l'exitation que ça lui procure, ce peut effectivement être une exitation commune. D'autant qu'il m'est arrivé d'avoir des partenaire qui me demandait de leur "ejaculer" dans la bouche lors d'un cuni ! Occasion que j'ai saisis pour plus avoir plus de détail sur le gout de cette subtance :
    Irritante, l'odorat et au goût, mais néanmoins pas moins exitante !

    Selon les femmes ( grande buveuses ?), il semblerai que cette urine soit nettement moins jaune presque transparente, d'ou les nombreuses différences de descriptions; liées à l'aspect du liquide et à son odorat !

    Alors si ça fait du bien ne pas s'en priver, mais ne pas oublier que ce n'est pas l'aboutissement de l'orgasme.
    Si le laisser aller fonctionne mieux avec un partenaire plus qu'un autre, cela ne veut aucunement dire que ce dernier est moins bon amant ! Mes plus grand orgasmes ne ce sont pas déroulés dans une piscine ! ! !

    1. auteur

      Bonjour, l'éjaculation féminine existe bel et bien et n'a aucun rapport avec l'urine: elle est expulsée par deux petits trous autour de l'urêtre. Aussi, sa composition, contrairement aux idées reçues, ne contient pas d'urine (sauf si la femme urine eventuellement tout en éjaculant, ou bien urine seulement): elle est curieusement homologue à celle du sperme (sans les spermatozoïdes).
      Cela dit, 20% des femmes n'ont pas de glandes de Skene, donc ne peuvent atteindre ce stade-là.

Répondre au sujet